Médecine-ALGERIE
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



Leucorrhées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Leucorrhées

Message  hamzitcho le Mer 7 Oct - 5:45

3.1 Introduction

Pertes non sanglantes provenant de l'appareil génital féminin, les leucorrhées sont un motif fréquent de consultation en gynécologie et doivent toujours poser le problème d'une MST sous jacente. Il est parfois difficile pour le clinicien de faire la part des choses entre des leucorrhées physiologiques mais mal vécues par la patiente et des leucorrhées pathologiques passées au second plan dont il faudra chercher et traiter la cause.

3.2 Rappel

Les leucorrhées physiologiques proviennent
De la desquamation vaginale, responsable de leucorrhée laiteuse, peu abondante, opalescente, augmentant en période prémenstruelle,
De la glaire cervicale secrétée par les cellules cylindriques de l'endocol qui augmente du 8ème au 15ème jours du cycle, translucide, cristallisant en feuille de fougère. Chez les patientes porteuses d'un ectropion les secrétions cervicales sont majorées par contact des cellules cylindriques avec l'acidité vaginale.
Ces secrétions physiologiques n'engendrent aucune irritation, ne sentent pas mauvais et ne contiennent pas de polynucléaires. Toutefois leur abondance peut parfois être source de gène pour la patiente et justifier la prise en charge thérapeutique de l'ectropion retrouvé et présumé responsable.
Ecosystème vaginal :
Le vagin est un écosystème dynamique où chaque femme possède 8 à 10 germes en équilibre. La flore dominante est le bacille de Döderlein : lactobacille tapissant la muqueuse vaginale. Il transforme le glycogène abondamment contenu dans les cellules vaginales et cervicales grâce à l'imprégnation oestrogénique en acide lactique. Cet acide lactique explique le pH acide du vagin qui est un facteur protecteur de la pullulation microbienne. Cette flore vaginale évolue selon :
L'âge : moins de Döderlein avant la puberté et après la ménopause non traitée,
Le cycle : les aérobies diminuent avant et après les règles,
La contraception : en cas de stérilet on constate une augmentation des anaérobies et du bactéroïdes.
Cette flore aéro-anaérobie équilibrée s'oppose à l'adhérence et à la colonisation des germes pathogènes dans le vagin.

3.3 Conduite de l'examen d'une femme consultant pour des leucorrhées anormales

3.3.1 Interrogatoire
Caractéristiques de l'écoulement :

Couleur, abondance, odeur (une mauvaise odeur oriente vers un Gardnerella),
Importance du caractère récent, nouveau de ces caractéristiques.
Les signes fonctionnels d'accompagnement
Le prurit oriente vers une mycose, la brûlure vers un trichomonas,
Les métrorragies (endométrite, néoplasies) ou les douleurs pelviennes (annexite).
Les circonstances de survenue
Post coïtale (MST, néoplasie cervicale),
Après un traitement antibiotique (mycose),
Lors d'une grossesse (physiologique, mycose),
Port d'un stérilet (endométrite, salpingite),
Terrain favorisant (diabète, corticothérapie, immunodépression),
Notion de MST.
Signes éventuels chez le partenaire (rougeur, brûlure, écoulement, irratation)
3.3.2 Examen clinique

Il n'a de valeur que si la patiente n'a pas fait une toilette préalable.
L'inspection de la région vulvaire, vestibulaire et parinéale recherchera des rougeurs, des lésions de grattages,des vésicules ou des ulcérations.
L'examen au spéculum permettra d'analyser l'écoulement (aspect, abondance, couleur), d'apprécier l'aspect de la glaire cervicale (limpide, louche), d'évaluer l'état de l'épithélium vaginal et cervical et à réaliser des prélèvements à des fins d'examen direct au microscope (et test à la potasse) et pour analyses en laboratoire. Le frottis de dépistage n'est pas optimal dans des conditions d'infection.
Examen direct au microscope
C'est un examen facile à réaliser et qui est très informatif, pour celui qui en a l'habitude.
Le prélevement est étalé sur une lame avec une goutte de sérum physiologique. On peut ainsi visualiser un trichonomas, des fragments mycéliens ou des leucocytes.
Le test à la potasse (Sniff test)
Il consiste à ajouter sur le prélèvement étalé sur lame une goutte de potasse à 10 %. Cette potasse permet de lyser les corps cellulaires et ainsi de mieux voir les éléments mycosiques et surtout dégage une odeur de poisson pourri très évocatrice de la présence conjuguée d'anaérobies et de gardnerella vaginalis.
Le toucher vaginal recherchera une douleur à la palpitation ou à la mobilisation de l'utérus et des annexes, l'existence d'un empâtement.
Au total, Les données de l'examen clinique et de l'examen direct au microscope (quand il peut être fait) suffisent dans un grand nombre de cas pour faire le diagnostic étiologique et ainsi permettre l'instauration d'un traitement.

3.4 Quelles sont les indications des prélèvements ?
Ils ne sont pas indispensables mais parfois nécessaires :
Si les signes cliniques ne sont pas typiques,
Si l'examen direct retrouve de nombreux leucocytes sans agent identifié,
S'il existe des signes d'infection génitale haute,
En cas d'urèthrite chez le partenaire,
En cas d'échec d'un premier traitement médical ou de récidives des symptômes,
Si la leucorrhée a déjà motivé de nombreuses consultations.
Quoi prescrire ?
Bactériologie standard,
Recherche de mycoplasme et de chlamydia,
Recherche de gonocoque,
Mycogramme,
Le suivi post thérapeutique ne nécessite pas de contrôle systématique par prélèvement sauf en cas de persistance des signes.
Autres examens :
Il s'agit d'examens spécifiques en fonction des orientations diagnostiques :
NFS, CRP, sérologie chlamydia en cas de suspicion d'infection génitale haute,
HIV, hépatite B et C, TPHA, VDRL si suspicion de MST associées.
__________________
3.5 Quelles sont les causes des leucorrhées pathologiques ? Choix thérapeutiques ?

Tout ce qui pourra perturber cette équilibre favorisera le développement d'une flore pathogène, tout ce qui modifiera l'activité secrétrice des cellules cervicales pourra être responsable de leucorrhées pathologiques et enfin toutes pertes provenant du haut appareil génital (endomètre, trompe, ovaire et pelvis) se caractérisera par des leucorrhées pathologiques.
Les causes sont :

Infectieuses basses,Atteinte du haut appareil génital :
Néoplasiques cervico-vaginales,
Endométrite, salpingite,
Néoplasie endomètre, tubaire.

Plus rarement l'expression d'un Abcès du douglas, d'une sigmoïdite perforée ou d'une pelvi-péritonite.
3.5.1 Causes infectieuses
Trichomonas
La vaginite à trichomonas est de contamination essentiellement vénérienne, elle est un bon marqueur de MST et ainsi justifie la recherche systématique d'autres germes. Les leucorrhées sont verdâtres, mousseuses, spumeuses, abondantes et nauséabondes (odeur de plâtre frais). Au spéculum le vagin est rouge, le col framboisé. Le prurit est variable en intensité, il existe souvent des brûlures au moment des rapports ou des mictions.
L'examen direct au microscope optique permet de mettre en évidence le parasite. Il n'y a pas d'intérêt à réaliser une culture.
Le traitement concerne les deux partenaires :
Soit un traitement unique de 2 g de Metronidazole (Flagyl®)
Soit un traitement de 10 jours de 500mg en deux prise quotidienne de Metronidazole
Soit un traitement local prolongé pendant 15j, Metronidazole (Flagyl®) ovule
Il pourra être renouvelé 1 mois plus tard.
Mycose
Le symptôme essentiel est le prurit. Intense parfois intolérable le prurit entraîne souvent des dysuries voir une pollakiurie. Au spéculum les leucorrhées sont blanches, caillebottées (comme du yaourt), grumeleuses, tapissant les parois du vagin. La vulve est sèche, oedématiée avec fréquentes lésions de grattage, le vagin est rouge faisant ressortir le blanc des leucorrhées. L'examen au microscope montre des filaments mycéliens. Le Candida albicans est le germe le plus souvent retrouvé.
La prescription comprend un traitement spécifique anti mycosique, tel Econazole (Gynopevaryl LP®), Fenticonazole (Lomexin®), Miconazole (Gynodaktarin®), Butoconazole (Gynomyk®) ou Isoconazole (Fazol®), en ovule gynécologique et crème. Le traitement monodose favorise l'observance et ainsi diminue les rechutes. Le traitement de confort utilise des solutions apaisantes comme Gyn-hydralin®, Saforelle® ou Opalgine®. Un traitement favorisant la remise en place d'une flore saprophyte locale peut aider la guérison et éviter les récidives : géliofil. De même les règles d'hygiène locale, associant l'usage de savon peu agressif pour la toilette « intime », l'usage de sous vêtements en coton peu serrés, permet de prévenir les récidives. Le traitement du partenaire se fait par pommade anti mycosique locale, 10 j.
En cas de récidive :
Il faut rechercher des facteurs favorisants comme une antibiothérapie, un diabète ou une grossesse.
Eliminer une autre cause infectieuse (herpes).
Réaliser un mycogramme pour éliminer une résistance aux traitement.
Envisager un traitement de longue durée per os ([Miconazole] Daktarin® 8 cp/j pendant 8j ou [Amphotericine B] Fungyzone® 6 gel/j pendant 20j).
Gardnerella vaginalis
Gardnerella vaginalis est responsable d'une vaginite fréquente dont l'élément caractéristique est la mauvaise odeur (poisson pourri). Ce germe est pour certains un hôte normal de la flore vaginale car isolé chez près de 10 % des patientes. Pour être pathogène il doit être associé avec différents germes anaérobies. En fait c'est la décarboxylation par les germes anaérobies des acides aminés élaborées par le gardnerella qui est responsable de cette odeur caractéristique. A l'état de sels non volatils in vivo ces amines peuvent être libérées lors de l'alcalinisation du vagin, en particulier suite à un rapport ou en fin de règles. Les leucorrhées sont grisâtres, fluides, peu abondantes, adhérentes à la paroi vaginale. L'examen au spéculum note peu d'irritation locale.
Le germe est mis en évidence par culture mais son association avec des anaérobies est facilement reconnu par le test à la potasse (SNIFF test) qui révèle, par application d'une goutte de potasse à un prélèvement sur lame, l'odeur caractéristique de poisson pourri.
Le traitement est justifié du fait de l'inconfort. Soit un traitement monodose par Metronidazole (Flagyl®) 2g, soit un traitement associant Amoxicilline (Clamoxyl®) 2g/j pendant 7 j et Metronidazole (Flagyl®) ovule pendant 7j. Le traitement du partenaire est discuté, les récidives font proposer un traitement complémentaire pour améliorer la flore vaginale (géliofil®).
gardenella vaginalis
Hautement pathogène il est responsable d'infection génitale hautes (endométrite, salpingite).
Les leucorrhées sont jaunes ou verdâtres, purulentes avec parfois des signes d'urèthrite ou de skénite. L'examen au spéculum trouve une cervicite avec glaire purulente, les parois vaginales sont rouges, saignant au contact.
La notion d'urèthrite chez le partenaire ou d'écoulement méatique doit faire penser au diagnostic.
Actuellement, les techniques d'amplification génique sur prélèvement d'endocol ou prélèvement uréthral permettent de faire le diagnostic d'infection à Gonocoque avec une sensibilité voisine de 95 % et une spécificité de 99 %. L'examen direct permet de trouver le diplocoque gram négatif mais le prélèvement doit être fait idéalement au laboratoire car la bactérie est fragile (germe de couloir). La culture sur milieu spécifique, malgré sa faible sensibilité (60 %), reste utile si l'on a besoin d'un antibiogramme.
Le traitement concerne tous les partenaires, symptomatiques ou non.(cf QCM MST).
Mycoplasme, chlamydia
Ils ne sont pas habituellement associés à des leucorrhées mais il faut les rechercher lorsqu'une MST est suspectée. En particulier en cas de glaire louche, de cervicite chez une femme jeune, la hantise d'une infection à chlamydia et de ces conséquences sur le haut appareil génital impose leur recherche systématique.
Les leucorrhées retrouvées sont banales, jaunâtres, parfois accompagnées d'une urèthrite ou une endocervicite. Avec Mycoplasme on peut avoir des brûlures post coïtales.
Le diagnostic d'infection à Mycoplasme se fait par culture sur bouillon de croissance A3 et titrage du germe en UFC/ml (Unités Formant des Colonies).
La technique de référence de diagnostic d'infection à Chlamydia est l'amplification génique (par PCR ou LCR notamment) sur prélèvement d'endocol à l'aide d'un écouvillon standard avec ampoule. Un prélèvement vaginal simple peut suffire de même qu'un prélèvement urinaire dans les programmes de dépistage. La sensibilité de ces techniques peut atteindre 95 à 100 % avec une spécificité de 99 %. Les autres techniques (diagnostic direct par culture ou par immunofluorescence directe, diagnostic indirect par technique immunoenzymatique) sont reléguées au 2ème plan. Une séroconversion de la sérologie Chlamydia reste une preuve formelle mais a posteriori de l'infection acquise profonde ; cette séroconversion ne se produit pas habituellement en cas de cervicite à Chlamydia sans infection génitale haute.
Autant la pathogénie de chlamydia ne se discute pas, autant celle des mycoplasmes est controversé tant ils sont retrouvés fréquemment dans les prélèvements cervico-vaginaux (30 à 40 %).
Le traitement est basé sur les cyclines pour Mycoplasme et Zithromax® en prise unique pour chlamydia.
Germes banals
Les vaginites bactériennes sont source d'embarras pour le médecin, les troubles fonctionnels sont dominés par la leucorrhée non spécifique, gênant par son abondance, sa couleur et sa persistance. Il s'y associe parfois des signes d'irritation locale.
Les germes retrouvés sont variés : streptocoque B, staphylocoque, colibacilles, protéus etc. Les traitements sont basés sur des produits locaux : Polygynax®, amphocycline®, colposeptine® en ovule.
Il ne faut pas oublier de rétablir l'écosystème et de rétablir la flore de Doderlein.

--------------------------------------------------------------------------------

3.5.2 Néoplasiques

Les leucorrhées peuvent être révélatrices d'une lésion cervicale tel CIN ou cancer. Il est important après avoir traité l'infection de vérifier l'état du col surtout si la patiente n'a pas eu de frottis récent.
Une hydrorrhée doit faire évoquer une pathologie utérine ou tubaire.

3.5.3 Femme ménopausée

Les deux causes de leucorrhées auxquelles il faut penser chez les personnes ménopausées sont :
L'atrophie par carence hormonale et dont la modification de la flore explique l'aspect de vaginite sénile dont le traitement sera hormonal,
L'origine néoplasique cervicale, endométriale ou tubaire.
Un examen gynécologique complet s'impose pour ne pas passer à côté d'une lésion néoplasique.
De même il faut garder à l'esprit qu'une infection vulvo-vaginale, mycosique par exemple, peut très bien masquer une lésion vulvaire sous jacente. Après un traitement local il faut revoir ces patientes et surtout en cas de persistance des signes ne pas hésiter à réaliser des biopsies vulvaires.

3.5.4 Jeune fille

Les vulvo-vaginites infectieuses sont possibles chez la jeune fille. Le plus souvent il s'agit de germes banals, parfois une oxyurose ou une mycose
Il faut toutefois penser à la possibilité d'un corps étranger intra vaginal que l'on sent bien par le toucher rectal

3.6 Points essentiels
La leucorrhée physiologique est l'expression d'une bonne imprégnation hormonale,
L'examen gynécologique permet d'orienter vers les principales étiologies infectieuses,
En cas de leucorrhées, penser aux MST,
En cas de récidives, penser aux facteurs favorisants (grossesse, contraception hormonale, progestatifs, périodes de carence oestrogénique, hygiène féminine) et le partenaire,
Chez la femme ménopausée, ne pas oublier la possibilité de cancers génitaux,
Chez la jeune fille, ne pas oublier la possibilité de corps étrangers.
__________________
avatar
hamzitcho
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 30/09/2009
Age : 29
Localisation : mon pc

Voir le profil de l'utilisateur http://medecine-algerie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum